One Heart présente le projet TchaoMégot

Le recyclage peut prendre les formes les plus inattendues !

Julien Paque, 22 ans, a eu l’idée surprenante de ne plus laisser les mégots se perdre dans la nature, mais d’en faire un vêtement. Cette idée, il l’a eue un peu par hasard, en voyant un mégot par terre, la suite s’est faite par association d’idées : “Je travaillais dans le bâtiment, je manipulais de la laine de verre. En sortant de ce bâtiment j’ai vu un mégot qui était ouvert au sol. L’aspect du mégot m’a fait penser à de la laine de verre.

Julien récolte les mégots un peu partout. Il a même formé un partenariat avec un bar de Beauvais qui lui fournit entre 30 et 40 litres de mégots, chaque mois. 

Dépollution et recyclage écologique des mégots : sans eaux ni produits toxiques

Fraîchement diplômé en ingénierie, il met à profit ses connaissances pour donner une seconde vie aux mégots. Après les avoir récoltés, il les traite afin de les débarrasser de l’odeur du tabac et des substances toxiques, pour ne garder que la fibre qui compose les filtres. Il peut alors en faire des plaques qui servent d’isolant pour manteaux. 

Il a déjà réussi à produire un prototype dans son atelier : ce rembourrage a été fait grâce à 3500 mégots.

Fabriquer une doudoune grace à des mégots de cigarette, c'est possible !

Comme le rappelle Julien :”Un mégot à lui seul pollue 500 litres d’eau sur une durée de 15 ans pour s’éliminer, si un poisson ne l’a pas ingurgité avant !. C’est donc un excellent moyen de fabriquer de nouveaux objets, tout en réduisant la pollution de la planète.

Le projet est en progression et Julien doit encore faire breveter ses procédés par des laboratoires, pour garantir la non-toxicité de son produit.

Vous pouvez contribuer au développement de TchaoMegot en vous rendant ici.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *